Hot Topics

«Mesurer comme un médecin!»
Tensiomètre BP A100
bp-a100
Lire plus...


Comment mesurer correctement la pression artérielle chez soi Lire plus... 

Next Events

Only for Distributors

Questions les plus posées sur la fièvre




Avec quel degré d’exactitude puis-je mesurer ma température?
Il faut distinguer entre la précision du thermomètre lui-même et l’exactitude clinique d’une prise de température. La calibration du thermomètre est réalisée dans des conditions idéales et sans perturbations, et selon des normes techniques données. En général, la précision d’un thermomètre de bonne qualité ne s’écarte de pas plus de 0.1º de la norme. Il ne faut pas confondre la précision du thermomètre avec l’exactitude des résultats. La température du corps humain dépend du moment et du lieu du mesurage et varie selon des causes physiologiques qui n’ont rien à voir avec un mauvais fonctionnement du thermomètre. Vous obtiendrez des résultats exacts ou de plus grande exactitude en vous servant correctement du thermomètre. Lisez bien le mode d’emploi dans votre manuel.



Dans quelle partie du corps devrais-je prendre ma température?
La méthode de mesurage de la température la plus fiable est celle qui consiste à insérer un thermomètre dans le rectum. Cette méthode donne des résultats exacts et il y a peu d’irrégularités entre plusieurs résultats. Une température normale se situe entre 36.2º C et 37.7º C.
On peut aussi mettre un thermomètre dans la bouche ou sous la langue du patient. Ces deux méthodes donnent des résultats plus bas que la méthode rectale, généralement entre 0.5º C et 0.8º C de moins. Les médecins mesurent souvent la température au moyen d’un thermomètre sous les aisselles ou à l’aine. Ces deux méthodes méthode donnent également des résultats plus bas que la méthode rectale et cette différence se situe entre 0.5º c et 1.5º C. Dans les deux cas, le membre (bras ou jambe) est pressé contre le corps, afin d’éviter toute perturbation par la température ambiante. Ces méthodes sont cependant peu efficaces, car le mesurage prend beaucoup de temps. Chez les adultes le résultat des mesures axillaire, en comparaison avec la mesure rectale, est plus bas par environ 0.5ºC à 1.5ºC! Chez les enfants, la différence est moins grande. On peut mesurer la température vaginale chez les femmes, ce qui donne un résultat légèrement plus bas que la méthode rectale. La différence est de 0.1º C à 0.3º C. Ces résultats sont pourtant réguliers, comme ceux du mesurage rectal. De nos jours, on utilise beaucoup les thermomètres auriculaires. Ceux-ci mesurent la température près du tympan de l’oreille.



Quels sont les facteurs importants lorsqu’on mesure la température du corps?
Les résultats d’une prise de température dépendent toujours de la partie du corps où elle est mesurée. Il n’existe donc pas de norme universelle pour une « température normale ».
Il faut aussi tenir compte du fait que la température d’un individu varie au cours d’une journée et selon ses activités. Les résultats de deux prises de température rectale peuvent varier de 0.5ºC entre le matin et le soir. Après l’exercice physique, la température du corps est généralement plus élevée. Il faut distinguer entre la température superficielle et la température intérieure. La température superficielle est mesurée à la surface de la peau et le résultat obtenu est une moyenne entre la température intérieure et la température ambiante. La température intérieure se mesure en insérant un thermomètre dans un orifice du corps. La température obtenue ainsi reflète celle du tissu muqueux.



Pourquoi faut-il mesurer sa température?
Cette mesure est très importante, car de nombreuses maladies sont accompagnées d’un changement dans la température du corps. Il est donc possible, en mesurant régulièrement la température, de réguler l’évolution de certaines maladies et le médecin peut ainsi décider du traitement à suivre. La fièvre est une réaction du corps à la maladie et les variations de température servent à stimuler les mécanismes de défense du corps contre la maladie. La fièvre est donc la manifestation la plus commune d’un état de santé pathologique.